AFFICHER
Sierre-Ville Sierre-Plaine

Paroisses catholiques | Secteurs de Sierre

Le Tweet'image

La Parole du jour

  • Évangile : « C’est en raison de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi » (Mt 19, 3-12)

    Acclamation : (cf. 1 Th 2, 13)

    Alléluia. Alléluia.
    Accueillez la parole de Dieu :
    pour ce qu’elle est réellement :
    non pas une parole d’hommes,
    mais la parole de Dieu.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

        En ce temps-là,
        des pharisiens s’approchèrent de Jésus pour le mettre à l’épreuve ;
    ils lui demandèrent :
    « Est-il permis à un homme de renvoyer sa femme
    pour n’importe quel motif ? »
        Il répondit :
    « N’avez-vous pas lu ceci ?
    Dès le commencement, le Créateur les fit homme et femme ?
        et dit :
    “À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère,
    il s’attachera à sa femme,
    et tous deux deviendront une seule chair.”

        Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
    Donc, ce que Dieu a uni,
    que l’homme ne le sépare pas ! »
        Les pharisiens lui répliquent :
    « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit
    la remise d’un acte de divorce avant la répudiation ? »
        Jésus leur répond :
    « C’est en raison de la dureté de votre cœur
    que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes.
    Mais au commencement, il n’en était pas ainsi.
        Or je vous le dis :
    si quelqu’un renvoie sa femme
    – sauf en cas d’union illégitime –
    et qu’il en épouse une autre,
    il est adultère. »
        Ses disciples lui disent :
    « Si telle est la situation de l’homme
    par rapport à sa femme,
    mieux vaut ne pas se marier. »
        Il leur répondit :
    « Tous ne comprennent pas cette parole,
    mais seulement ceux à qui cela est donné.
        Il y a des gens qui ne se marient pas
    car, de naissance, ils en sont incapables ;
    il y en a qui ne peuvent pas se marier
    car ils ont été mutilés par les hommes ;
    il y en a qui ont choisi de ne pas se marier
    à cause du royaume des Cieux.
    Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! »

                – Acclamons la Parole de Dieu.

L'onction des malades

«Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les prêtres de l’Église et qu’ils prient sur lui, après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. La prière de la foi sauvera le patient, et le Seigneur le relèvera. S’il a commis des péchés, ils lui seront remis.»

Ce passage de la lettre de saint Jacques (5,14-15) nous invite à prolonger dans l’Église le ministère de Jésus auprès des malades et des pécheurs.

Il s’agit avant tout d’obtenir une guérison spirituelle, mais nous prions aussi pour le rétablissement du malade, pour la restauration de toutes ses forces physiques et morales.

Quelle que soit l’issue de la maladie, nous demandons à Dieu le salut et la vie éternelle pour la personne malade, infirme ou âgée.



Qui peut recevoir ce sacrement ?

Toute personne baptisée affrontée à la maladie ou à une infirmité graves, au grand âge ou se trouvant à la veille d’une intervention chirurgicale d’importance peut recevoir l’onction de malades à son domicile ou dans un établissement hospitalier. On peut la recevoir plus d’une fois en cas de besoin. Si quelqu’un est hospitalisé, il peut s’adresser soit à sa paroisse soit à l’aumônerie de l’établissement.

Des célébrations communautaires

Il en est proposé une fois ou l’autre dans l’année, au cours d’une messe dominicale, soit en paroisse (le dimanche des malades par exemple, premier dimanche de mars) soit en hôpital.

Faut-il encore parler d’ « extrême-onction » ?

Il vaut mieux ne pas attendre le dernier moment pour recevoir l’onction des malades. C’est un sacrement des vivants. On gagne beaucoup à la célébrer en toute lucidité, entouré de l’affection et de la prière de ses proches ou de la communauté rassemblée pour la messe.

Si l’heure de la mort approche…

L’Église accompagne celle ou celui qui vit ses derniers instants d’existence terrestre. On peut parler d’ «extrême-onction». Elle lui propose aussi la communion en «viatique » ce qui signifie «pour la route» et le passage vers Dieu. Des prières auprès d’un mourant peuvent être récitées par un prêtre ou par toute autre personne. Il faut bien admettre qu’il n’est pas systématiquement possible à un prêtre d’être présent auprès du mourant.

Rechercher

Lire aussi...

Le sacrement de l'ordre
L’ordre est le sacrement par lequel la communauté chrétienne se donne des ministres – ce mot signifie serviteurs – aptes à la construire, à la diriger, à la servir.
Un décès ?
Vous venez de perdre un être cher et vous souhaitez trouver auprès des paroisses un soutien et un accompagnement.
Qu'est-ce qu'un sacrement ?
La vie humaine est ponctuée de grandes étapes, entre la naissance et la mort.
Le sacrement du mariage
Par le mariage religieux, un homme et une femme consacrent leur union devant Dieu et reçoivent la bénédiction de l’Église, afin que leur amour grandisse, que leur fidélité les rendent heureux, qu’ils deviennent ensemble un foyer d’amour et de vie dans le monde et dans l’Église, et qu’ils puissent assumer pleinement leur responsabilité de parents.
Nos paroisses...

Nos paroisses n'existent qu'à travers et pour leurs paroissiens. Elles sont des communautés vivantes où chacun est appelé à cheminer spirituellement.


Agenda

...