AFFICHER
Sierre-Ville Sierre-Plaine

Paroisses catholiques | Secteurs de Sierre

Le Tweet'image

La Parole du jour

  • Évangile : « C’est en raison de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi » (Mt 19, 3-12)

    Acclamation : (cf. 1 Th 2, 13)

    Alléluia. Alléluia.
    Accueillez la parole de Dieu :
    pour ce qu’elle est réellement :
    non pas une parole d’hommes,
    mais la parole de Dieu.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

        En ce temps-là,
        des pharisiens s’approchèrent de Jésus pour le mettre à l’épreuve ;
    ils lui demandèrent :
    « Est-il permis à un homme de renvoyer sa femme
    pour n’importe quel motif ? »
        Il répondit :
    « N’avez-vous pas lu ceci ?
    Dès le commencement, le Créateur les fit homme et femme ?
        et dit :
    “À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère,
    il s’attachera à sa femme,
    et tous deux deviendront une seule chair.”

        Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
    Donc, ce que Dieu a uni,
    que l’homme ne le sépare pas ! »
        Les pharisiens lui répliquent :
    « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit
    la remise d’un acte de divorce avant la répudiation ? »
        Jésus leur répond :
    « C’est en raison de la dureté de votre cœur
    que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes.
    Mais au commencement, il n’en était pas ainsi.
        Or je vous le dis :
    si quelqu’un renvoie sa femme
    – sauf en cas d’union illégitime –
    et qu’il en épouse une autre,
    il est adultère. »
        Ses disciples lui disent :
    « Si telle est la situation de l’homme
    par rapport à sa femme,
    mieux vaut ne pas se marier. »
        Il leur répondit :
    « Tous ne comprennent pas cette parole,
    mais seulement ceux à qui cela est donné.
        Il y a des gens qui ne se marient pas
    car, de naissance, ils en sont incapables ;
    il y en a qui ne peuvent pas se marier
    car ils ont été mutilés par les hommes ;
    il y en a qui ont choisi de ne pas se marier
    à cause du royaume des Cieux.
    Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! »

                – Acclamons la Parole de Dieu.

Le sacrement du mariage

Par le mariage religieux, un homme et une femme consacrent leur union devant Dieu et reçoivent la bénédiction de l’Église, afin que leur amour grandisse, que leur fidélité les rendent heureux, qu’ils deviennent ensemble un foyer d’amour et de vie dans le monde et dans l’Église, et qu’ils puissent assumer pleinement leur responsabilité de parents.



Qui peut recevoir ce sacrement ?

Le sacrement de mariage suppose que les futurs époux catholiques soient célibataires, baptisés et, en principe, confirmés. Le sacrement de mariage peut aussi être célébré avec un conjoint non catholique ou non baptisé.

L’annonce de votre mariage religieux.


Il est vivement conseillé d’annoncer votre mariage à la paroisse au moins six mois, voire un an avant la date choisie par vous. Ce délai garantit une réservation dans les meilleures conditions du célébrant et de l’église de votre mariage. Il permet aussi un cheminement optimal de préparation, sans stress ni bousculade.

La préparation

La préparation de ce grand événement revêt une importance toute particulière. Elle est l’occasion, d’une part, de vérifier et de consolider les bases humaines de l’union matrimoniale, et, d’autre part, de situer cette dernière dans une perspective de foi authentique et approfondie

En général, elle peut comporter plusieurs volets complémentaires. La préparation directe avec le célébrant permet d’établir un lien de confiance avec lui, de parler des aspects humains et religieux du mariage et, enfin, de préparer ensemble la célébration proprement dite.

Vous serez probablement encouragé à vivre une préparation communautaire avec d’autres couples de la région, ce qui sera l’occasion de discuter librement tous les aspects de la vie de couple, dans un climat ouvert et amical.

Les témoins de mariage.

Contrairement aux parrains et marraines, la seule chose qui leur est demandée est d’être physiquement présents au mariage et de pouvoir attester, le cas échéant, que les époux se sont vraiment dit oui pour la vie. Nulle autre condition n’est exigée.

Et enfin la célébration…

C’est le moment de s’engager publiquement devant Dieu et devant la communauté, représentée par les parents et amis. Le sacrement de mariage peut être célébré au cours d’une messe ou d’une liturgie de la Parole.

Mariages mixtes et interconfessionnels.

Si une personne catholique épouse une personne chrétienne d’une autre confession (protestante par exemple) ou d’une autre religion (musulmane par exemple) ou sans religion, il importe d’en parler avec le curé de sa paroisse ou avec le célébrant du mariage, de sorte que la différence religieuse soit bien située et respectée de part et d’autre, notamment en ce qui concerne l’éducation religieuse des enfants. Une attention particulière est de mise, dans l’intérêt des deux époux, si le futur conjoint est musulman, en raison des prescriptions de l’islam dans ce domaine : il est vivement conseillé d’établir soigneusement un contrat spécifique de mariage en pareil cas.

Célébration religieuse à l'occasion d'un nouveau mariage civil

Après un divorce, certaines personnes s’engagent civilement dans une nouvelle union conjugale. Mais un nouveau mariage religieux n’est pas possible, sauf cas particuliers (conjoint décédé ou reconnaissance en nullité). Ceci dit, une cérémonie non sacramentelle pourrait être proposée aux couples qui le demandent. Les pratiques peuvent en effet varier d’un prêtre à l’autre.

Ressources après le mariage

Il existe des groupes ou mouvements permettant aux couples chrétiens de se ressourcer, de se soutenir mutuellement.

Le célébrant de votre mariage est à votre disposition pour continuer le chemin avec vous, si vous le souhaitez. A certains moments, lors de difficultés notamment, il pourra, à votre demande, vous aider à renouer le dialogue et à chercher ensemble de bonnes solutions.

Reconnaissance en nullité d'un mariage

Il arrive qu’un mariage, dès le début, ne remplisse pas les conditions normales établies par l’Église. Dans ce cas, on peut en demander la reconnaissance en nullité, qui stipule que l’acte juridique n’a pas été valide. Cela ne juge en rien de la qualité de ce que les époux ont vécu ensemble et qui a certainement donné des fruits, notamment des enfants.

Rechercher

Lire aussi...

L'onction des malades
«Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les prêtres de l’Église et qu’ils prient sur lui, après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur.
Le sacrement de l'ordre
L’ordre est le sacrement par lequel la communauté chrétienne se donne des ministres – ce mot signifie serviteurs – aptes à la construire, à la diriger, à la servir.
Un décès ?
Vous venez de perdre un être cher et vous souhaitez trouver auprès des paroisses un soutien et un accompagnement.
Qu'est-ce qu'un sacrement ?
La vie humaine est ponctuée de grandes étapes, entre la naissance et la mort.
Nos paroisses...

Nos paroisses n'existent qu'à travers et pour leurs paroissiens. Elles sont des communautés vivantes où chacun est appelé à cheminer spirituellement.


Agenda

...